AN-LOC 53

Cap Saint-Jacques, le 16 mai 1956
Aujourd’hui, 16 mai, la 6e Compagnie du 2/19e R.M.I.C. devient compagnie-cadres. C’est le premier résultat tangible de la déflation. Pratiquement, nous entrons dans le dernier mois de notre existence de bataillon. La nostalgie que j’en pourrais concevoir est combattue par l’accoutumance, qui est devenue la nôtre, aux perspectives de dissolution. C’est un peu comme à la guerre : à force de penser que l’on va mourir, les réactions de révolte finissent par s’engourdir.
L’armée vietnamienne commence à arriver au Cap Saint- Jacques. Il en vient de partout, de zone est comme des provinces les plus reculées du sud-ouest. Pour faire face à ses nouvelles obligations, l’Etat-Major Général a dû racler ses fonds de tiroir. On sent la crise des effectifs latente.
Le parc à munitions de Ganh-Rai a été transféré hier soir. C’était le dernier dépôt de munitions du corps expéditionnaire ; nous sommes désarmés à partir d’aujourd’hui.
Ce sont des soldats vietnamiens qui ont relevé nos tirailleurs le long des grilles de Ganh-Rai. Mais ne crois pas que le potentiel de guerre vietnamien s’en augmente ; les munitions ont été reprises par les Américains, qui les enverront sans doute ultérieurement aux Philippines ou au Japon.
Car les Etats-Unis s’emploient, sous couleur de mettre de l’ordre, à déshabiller l’armée vietnamienne. Prétextant que la réduction des effectifs, qu’ils ont ordonnée fin 1954, ne justifie plus l’importance des dotations de matériel attribuées pendant la guerre, ils sont en train de récupérer véhicules, armes, munitions et postes radio distribués par eux en 1952-1953. D’ici peu de temps, l’armée nationale connaîtra une véritable pénurie de matériel.
Comme les Allemands, les Américains paraissent avoir le culte de l’ordre en soi. Cette reprise, aux Vietnamiens qui s’en servaient, de matériel dont eux, Américains, n’ont nul besoin, pour le seul plaisir de faire respecter un tableau de dotation imposé par eux, semble normale au-delà du Pacifique, odieuse en deçà.
Il est vrai que, pour regarnir ses parcs automobiles, l’armée vietnamienne a monté une entreprise de vol de voitures françaises. C’est la 6e Section de l’Etat-Major (service de renseignement opéra-tionnel) qui est chargée de l’organisation. Et les résultats sont intéressants ; depuis mars dernier, nous avons enregistré la perte de cent à deux cents voitures. Toute indignation nous est interdite, car nous avons agi de même, à l’encontre des véhicules américains, en France en 1944, puis en Chine en 1945.
La mousson d’été ne me cause nulle joie. Heureusement, le Cap Saint-Jacques est privilégié; il y pleut moitié moins qu’à An- Loc. Comme chaque année, pourtant, j’accuse le coup : légère fièvre le soir, maladie de peau, qui, cette fois-ci, me couvre les mains et les bras de petites cloques purulentes, dégoût général des biens de ce monde. Dans quelques jours, tout sera passé; je serai installé dans ma sixième saison des pluies.

A voir : sejour vietnam cambodge | voyages indochine | dormir chez l’habitant au vietnam | voyages au Vietnam

Cap Saint-Jacques, le 23 mai 1956
Transfert et évacuation du Cap Saint-Jacques se précisent. Le 1er juin, le 2/l9e R.M.I.C. sera seul représentant de l’armée de terre dans la presqu’île. Le 10 juin, je serai chassé du mess des officiers; le 12 de ma chambre à coucher. Entre le 20 et le 25, sans doute, nous nous replierons à Saigon, la valise à la main.
C’est dans l’appauvrissement que l’on sent la valeur du confort. Toutes les commodités que l’armée mettait à notre disposition disparaissent une à une. Plus de liaison télétype avec la France, diminution des courants porteurs entre le Cap et Saigon, raréfaction des appareils téléphoniques, des véhicules, des ordonnances, dispari¬tion des mess, fermeture des centres d’accueil. J’ai maintenant conscience de ma condition d’étranger.
Le seul souci du jour semble d’ailleurs le démontage et l’expédition de notre matériel. La parole est aux magasiniers et aux emballeurs. L’Etat-Major a abdiqué en faveur de la Base; le chef de la section Organisation du 1er Bureau me disait ce matin au téléphone : « Comment voulez-vous que nous sachions ce qui se passera dans un mois? »

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress